Communautés autochtones

En 2021, on comptait quelque 1,8 million de personnes autochtones au Canada, soit environ 5 % de la population. On s’attend à ce que ce nombre augmente pour atteindre entre 2,5 et 3,2 millions de personnes au cours des 20 prochaines années. Les populations des Premières Nations, des Inuits et des Métis ont été profondément affectées par les pratiques coloniales passées et actuelles, qui ont eu une influence sur les disparités et les inégalités en matière de santé et continuent d’en avoir.

Malheureusement, on ne dispose pas d’une quantité suffisante d’information sur le cancer dans les communautés autochtones. On observe des taux de mortalité plus élevés pour certains cancers dans certains groupes autochtones par rapport à la population générale du Canada. Cela s’explique souvent par le fait que les besoins de ces groupes ne sont pas comblés en ce qui a trait à la continuité des soins, aux traitements adaptés à la culture, à l’éducation et aux services de soutien.

Aucune personne ne devrait être seule pour affronter un diagnostic de cancer ou privée d’accès à l’information et aux soins dont elle a besoin. Mais pour les membres des Premières Nations, les Inuits et les Métis, des difficultés et des barrières uniques peuvent rendre l’expérience du cancer plus difficile qu’il ne le faut. La Société canadienne du cancer (SCC) reconnaît sa responsabilité de fournir de l’information sur le cancer, du soutien et des services d’aide pratique aux communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis; de plaider en faveur de politiques de santé publique; et de financer la recherche axée sur l’avancement de l’équité en santé.

Qui sont les peuples autochtones au Canada?

Les peuples autochtones sont les descendants des premiers habitants du territoire qui constitue aujourd’hui le Canada. Ce nom collectif désigne les membres des Premières Nations, les Inuits et les Métis.

Les membres des Premières Nations sont les descendants des premiers habitants du Canada, qui vivaient ici depuis des milliers d'années avant l'arrivée des explorateurs européens. Les membres des Premières Nations s’identifient à la Nation à laquelle ils appartiennent.

Les Inuits sont les premiers habitants des régions nordiques du Canada. Le mot Inuit signifie « le peuple » dans la langue inuite la plus couramment utilisée, l’inuktut.

Le mot Métis désigne une personne qui s’identifie comme Métis, se distingue des autres peuples autochtones, est issue de la Nation métisse historique et est acceptée par la Nation métisse.

Les Autochtones en milieu urbain sont principalement les membres des Premières Nations, les Inuits et les Métis qui résident actuellement dans des zones urbaines.
Nous reconnaissons que la SCC a un rôle à jouer dans la vérité et la réconciliation. Nous en sommes au début de notre cheminement en vue de comprendre comment collaborer au mieux avec les peuples autochtones. L’écoute et l’apprentissage constituent une étape fondamentale de ce travail. Nous encourageons également toutes les personnes au Canada à prendre connaissance du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation et à réfléchir aux 94 appels à l’action qu’il contient. Sept de ces appels à l’action portent spécifiquement sur la santé et plusieurs autres sont liés à d’importants déterminants de la santé.

La SCC a publié un document intitulé Promouvoir l’équité en santé grâce à l’information sur le cancer et aux services de soutien : Rapport sur les communautés qui sont mal desservies. Ce rapport décrit les lacunes, les obstacles et les défis auxquels font face 10 communautés identifiées comme étant mal desservies, dont les communautés autochtones. Il donne des indications sur la manière de mieux s’engager auprès de ces communautés et d’améliorer le soutien qui leur est offert, car leurs membres méritent d’avoir accès aux soins contre le cancer comme toutes les personnes au Canada.

Nos programmes et services 

Tous les membres du personnel de la SCC reçoivent une formation sur l’appartenance, l’inclusion, la diversité et l’équité. Cette formation nous aide à faire en sorte que nos espaces physiques (maisons d’hébergement, camps et véhicules, par exemple) de même que nos services (offerts par téléphone, clavardage et courriel) sont sûrs, accueillants et inclusifs. En 2023, le personnel de la SCC affecté aux programmes commencera à recevoir la formation San'yas (une formation à la sécurité culturelle autochtone, structurée et offerte en ligne) pour améliorer notre manière de collaborer avec les peuples autochtones et leur fournir nos services.

Nos programmes d’information sur le cancer, de soutien et d’assistance pratique s’adressent à toutes les personnes au Canada, mais voici comment ils viennent en aide plus particulièrement aux membres des Premières Nations, aux Inuits, aux Métis et aux Autochtones en milieu urbain.
an icon of a computer

Information sur le cancer

Comprendre le cancer peut contribuer à atténuer l’anxiété liée au diagnostic. Obtenez des renseignements sur plus de 100 types de cancer et sur l’ensemble de l’expérience de la maladie. Explorez notre vaste éventail de ressources offertes sous forme de publications, de vidéos et de webinaires. La série « My Journey » (en anglais) comprend deux brochures destinées aux personnes inuites atteintes de cancer.
an icon of a map

Répertoire des services à la communauté

Notre répertoire des services à la communauté aide les personnes atteintes de cancer et leurs proches à trouver des services et des programmes comme des groupes de soutien, des services de prothèses capillaires ou autres, de l’aide financière, des lieux de séjour et bien plus. Utilisez le filtre « Service pour » afin de repérer les ressources et les services de soutien s’adressant aux membres des Premières Nations, aux Inuits et aux Métis.

Ligne d’aide et d’information sur le cancer 

La Ligne d’aide et d’information sur le cancer fournit des renseignements et du soutien aux personnes atteintes de cancer ainsi qu’à leurs parents et amis. Nos spécialistes en information répondent aux questions et mettent les gens en contact avec des ressources, y compris celles qui s’adressent aux communautés autochtones. Un service d’interprétation dans plus de 20 langues autochtones est disponible.

Roues de l’espoir

Si vous avez besoin de vous déplacer en ville ou ailleurs dans la province pour recevoir un traitement contre le cancer, l’équipe des Roues de l’espoir est là pour vous. Notre équipe nationale d’employés et de bénévoles est en mesure d’offrir des services dans plus de 20 langues autochtones. Nous reconnaissons que les terres où nous vivons, jouons et conduisons tous sont des terres autochtones.

Hébergement

Le personnel de nos maisons d’hébergement participe à des ateliers de formation sur l’appartenance, l’inclusion, la diversité et l’équité afin de mieux comprendre comment créer une atmosphère sûre et inclusive. Avec respect et gratitude, nous reconnaissons que nos sept maisons d’hébergement sont situées sur les territoires traditionnels de nombreuses nations.
an icon of two people having a conversation

Communauté de soutien en ligne

ParlonsCancer.ca est une communauté en ligne qui permet aux personnes atteintes de cancer et à leurs proches de créer des liens, de s’informer et de s’entraider, en toute sécurité. Les personnes des communautés autochtones peuvent consulter les profils des membres pour trouver d’autres personnes autochtones en vue d’échanger des messages et d’établir des liens en privé.

Le voyage qui m’a sauvé la vie

Lors d’un voyage de fin d’études avec ses camarades de classe, Debra a appris qu’elle avait une tumeur au cerveau. Écoutez-la parler de son expérience de traitement, loin de sa maison dans le Grand Nord, et des allers-retours qu’elle doit maintenant faire pour son suivi. Écouter sa nièce chanter fait partie des choses qui illuminent ses journées.
[Musique]

[Titre] Le voyage qui m’a sauvé la vie

Voix de Debra : J’ai grandi dans une petite ville appelée Pangnirtung, au Nunavut, où vit une population de moins de 2 000 personnes. Je suis la deuxième de la famille et j’ai 4 sœurs, et toute ma famille vit dans la ville.

Nous sommes très proches les uns des autres, alors ça été vraiment difficile pour nous quand ma jeune sœur, Samantha, a été emportée par une tumeur au cerveau il y a 5 ans, et ma sœur aînée, Julia, par un cancer du côlon 3 mois avant la fin de mes études secondaires.

Samantha a été traitée à Ottawa pendant une longue période, mais Julia a appris tardivement qu’elle avait un cancer et est décédée 2 mois après son diagnostic. Le 31 mai, 3 mois après la mort de Julia, j’étais en route vers Ottawa avec mes 8 camarades de classe pour célébrer la fin de nos études. Notre plan était d’aller à Ottawa, Montréal et Québec.

Durant notre deuxième vol vers Ottawa, j’ai commencé à vomir. C’était étrange, car à ce moment-là je me sentais comme d’habitude. Pendant les 4 premiers jours du voyage, j’ai continué à vomir tout ce que je mangeais, jusqu’à ce que le professeur décide de m’emmener à l’hôpital à Québec. Ma tante qui vivait à Ottawa est alors venue me rejoindre et mes camarades ont poursuivi leur voyage.

Je me revois, assise dans une salle d’urgence avec des gens qui parlaient français tout autour de moi; ma tante et moi n’avions aucune idée de ce qu’ils disaient. J’avais peur.

Ma tante a dit à l’un deux que nous ne comprenions pas; il est revenu avec un traducteur qui nous a expliqué que j’avais une tumeur au cerveau de la taille d’un citron et 3 polypes. Nous nous sommes simplement regardées, ma tante et moi, en état de choc.

Heureusement, les chirurgiens ont été capables de tout enlever. Et quelques semaines plus tard, on m’a transférée à un hôpital d’Ottawa pour 6 semaines de radiothérapie. Je ne suis rentrée à la maison que 4 mois et demi après mon départ.

Aujourd’hui, 3 ans plus tard, j’ai un emploi de commis de bureau à temps plein et je dois encore retourner à Ottawa tous les 3 mois pour des examens.

Chaque fois que j’y vais, j’emmène un membre de ma famille, parce qu’à tout moment je peux avoir une crise d’épilepsie et que mon médecin ne veut pas que je voyage seule. Parfois j’ai hâte d’y aller, parfois non, mais je suis contente d’être encore là pour aider ma mère à prendre soin de la fille de ma sœur aînée, Faith. Ses chants illuminent mes journées.

[Texte générique]
Récit numérique par Debra en partenariat avec la Société canadienne du cancer et Mike Lang Stories

Pour en savoir plus sur les programmes et services de la Société canadienne du cancer, visitez cancer.ca ou composez le 1 888 939-3333

La production de cette vidéo a été rendue possible grâce à la collaboration et au soutien financier du Partenariat canadien contre le cancer et de Santé Canada.

Les points de vue exprimés ici ne reflètent pas nécessairement ceux du Partenariat canadien contre le cancer et de Santé Canada.
Page de couverture

Inuusinni Aqqusaaqtara – « My Journey »

Créées en collaboration avec Pauktuutit Inuit Women of Canada, ces brochures ont pour but d’accroître les connaissances des Inuits en matière de cancer et de fournir des ressources aux personnes atteintes de cancer ainsi qu’aux membres de leur famille, à leurs proches aidants et aux professionnels de la santé qui les soignent. Ces brochures sont également offertes dans trois dialectes régionaux d’inuktut.
Page de couverture
Parlez tabac
Des accompagnateurs en arrêt tabagique expérimentés fournissent de l’information et du soutien personnalisés, confidentiels et adaptés à la culture aux membres des Premières Nations, aux Inuits, aux Métis et aux Autochtones en milieu urbain qui souhaitent cesser de fumer du tabac commercial ou de vapoter. Les services sont offerts par téléphone, par messagerie et en ligne.
Pour en savoir plus sur d’autres communautés mal desservies, découvrez notre travail en matière d’équité en santé.